Conseils pour faire face à la perte d’un être cher

Kirsten Van Praet |

min. temps de lecture |

Funérailles

En tant que fournisseur d’assurances funérailles, nous sommes chaque jour confrontés au caractère éphémère de la vie. Lorsque vous perdez un proche, vous devez souvent vous occuper en priorité de toutes les formalités : papiers, funérailles, succession… Mais vous devez aussi prendre le temps de faire votre deuil et de digérer cette disparition. Nous vous y aidons en vous fournissant des informations supplémentaires sur le processus de deuil et des conseils pour faire face à la perte.

Les différentes étapes du deuil

Le deuil exige un véritable travail sur soi. Apprendre à vivre sans l’autre est en effet un processus difficile, un changement radical qui demande beaucoup d’efforts. Chaque personne est différente et fait son deuil à son rythme et à sa manière. On identifie néanmoins des étapes similaires dans tous les processus de deuil.

  1. Prendre conscience de la perte
    Un décès semble souvent irréel, même s’il est attendu. Vous vous dites constamment que ça ne peut pas être vrai. Vous pensez avoir vu le (la) défunt(e) dans la rue. Vous avez parfois l’impression qu’il (elle) est toujours bien présent(e). Ce sentiment montre à quel point il est difficile d’accepter la réalité de la disparition d’un être cher.

    Il s’agit pourtant d’une étape nécessaire dans le processus de deuil. Il peut dès lors être important de voir le corps du (de la) défunt(e), de connaître la cause réelle du décès et d’organiser les funérailles en famille, afin de mieux cerner la réalité de la mort.

  2. Ressentir douleur, chagrin et impuissance
    La douleur est un sentiment inévitable lors de la perte d’un proche. Si vous ignorez ou refoulez cette douleur, elle resurgira tôt ou tard et vous ne saurez peut-être plus d’où elle vient.

    Certains gèrent la douleur en pleurant, ressentent une douleur physique, deviennent agressifs (tant envers eux-mêmes qu’envers les autres) et se sentent coupables. Tous ces sentiments contradictoires sont tout à fait normaux et même nécessaires au processus de deuil. D’autres font face à leur chagrin en se fixant des objectifs, comme courir un marathon ou faire un tour du monde.

  3. Donner une nouvelle place au défunt
    Quelle était la place du (de la) défunt(e) dans votre vie ? Peut-être viviez-vous ensemble ou peut-être vous voyiez-vous peu, tout en pensant très souvent à lui (elle) ? Quoi qu’il en soit, toute personne qui perd un être cher doit réorganiser complètement sa vie. La famille, l’entreprise ou le groupe d’amis perd subitement un de ses membres et doit apprendre à fonctionner différemment du jour au lendemain.

    Il n’est toutefois pas question de reprendre le fil de la vie comme si de rien n’était et d’oublier le (la) défunt(e). Il s’agit plutôt d’accorder une place à sa perte et de continuer à avancer avec ceux qui restent. Les souvenirs partagés avec le (la) défunt(e) ne disparaîtront jamais. Tâchez de puiser de la force dans ce que votre proche vous a donné afin d’expérimenter la plénitude de la vie, même s’il ou elle n’est plus là.

  4. Accepter la disparition
    Il est impossible de définir la durée d’un processus de deuil. Il faut procéder par essai-erreur. Le chagrin prendra progressivement de moins en moins de place au quotidien. Vous retrouverez de l’intérêt pour les autres et pour vous-même. Cela peut toutefois prendre du temps.

    Il ne s’agit en aucun cas de s’apitoyer sur son sort ou de manquer de volonté. Après une perte aussi lourde, il est certain que votre vie ne sera plus jamais comme avant. Mais si vous acceptez cette perte, elle peut donner une nouvelle dimension à votre vie et vous apporter une nouvelle source de bonheur.

5 conseils pour faire face au deuil

  1. Aménagez un lieu de souvenir
    Pour faire face à la perte d’un être cher, il peut être utile d’aménager un lieu commémoratif où vous pourrez ressentir une connexion avec le (la) défunt(e). Il peut s’agir d’un arbre dans votre jardin, d’un endroit où vous vous retrouviez souvent ou d’une armoire dans le salon où vous conservez quelques photos. Profitez de cet endroit pour évoquer des souvenirs ou prononcer quelques mots.

  2. Cherchez du soutien
    Le processus de deuil n’est pas une question de temps. Vous pouvez avoir l’impression de devoir cacher votre chagrin après quelques semaines, tandis que la douleur est encore très vive. Ne vous y forcez pas et cherchez du soutien. Demandez ce câlin, cette oreille attentive, cette aide pour cuisiner ou cette distraction salutaire. Le proche que vous avez perdu sera toujours à vos côtés, mais d’une autre manière.

  3. Servez-vous de la nature
    Ne vous enfermez pas chez vous, bougez et explorez la nature. Il est évidemment important de prendre du temps pour votre deuil, mais il importe aussi de laisser la nature vous y aider. Même si vous n’en avez pas envie et si vous vous sentez vide, promenez-vous au moins une demi-heure par jour. La lumière du soleil et la nature ont un effet curatif extrêmement puissant.

  4. Tenez un carnet de notes
    L’écriture a des vertus thérapeutiques. Procurez-vous un joli carnet et couchez-y les émotions et les pensées qui vous traversent au cours de votre processus de deuil. Cela vous permettra de vous décharger de ce que vous ressentez intérieurement. Vous pouvez aussi allumer une bougie chaque fois que vous prenez la plume.

  5. Ne vous privez pas d’une aide professionnelle
    Dans certains cas, le soutien de la famille, des amis ou de groupes d’entraide ne suffit pas pour faire son deuil. Le deuil « pathologique » est difficile à décrire, car ses étapes clés sont très similaires à celles d’un deuil « normal ». Les émotions peuvent toutefois être si intenses qu’elles bloquent le processus. Il est alors important de demander l’aide professionnelle d’un psychologue ou d’un psychiatre.

> Lisez aussi : 5 étapes pour régler la succession d’une personne décédée

Connaissez-vous déjà l’assurance funérailles ?

Découvrez pourquoi en souscrire une.

Vous avez des questions ou besoin d'aide ? Nous sommes heureux de vous aider