Kind dat thuis speelt

Pourquoi est-ce le meilleur moment pour changer d’assurance ?

Kirsten Van Praet

Kirsten Van Praet |

3 min. temps de lecture |

Habitation et famille

La majorité des Belges souscrivent une assurance un jour et n’en changent pas pendant des années. Selon une étude, 56 % des Belges ne changent même jamais d’assureur. C’est toutefois le bon moment pour comparer et sauter le pas. Notre situation a, en effet, radicalement changé par rapport à la période précédant la crise du coronavirus.

Vous utilisez moins votre voiture

Suite à la crise du coronavirus, de nombreux Belges travaillent chez eux et cette tendance devrait se poursuivre après la crise. Les employeurs y voient des avantages pour toutes les parties et prennent actuellement des mesures pour un télétravail (plus) structurel à l’avenir. Outre les trajets domicile-travail, nous en avons rayé d’autres de notre liste. Pensez aux vacances de ski annuelles, aux city-trips à l’étranger ou aux festivals et aux mariages.

Résultat : les automobilistes utilisent beaucoup moins leur voiture et réduisent leur risque d’accident. Ils devraient donc payer une prime d’assurance moins chère. Selon une étude*, 1 Belge sur 4 estime que son assurance automobile est trop coûteuse. Vous partagez cet avis ? Prenez le temps de calculer le montant qu’une assurance au kilomètre vous permettrait d’économiser. Vous roulez moins ? Vous êtes remboursé(e).

Vos loisirs sont annulés et vous êtes plus souvent chez vous

Nous sommes contraints de rester davantage chez nous. Les enfants dont les loisirs sont annulés se retrouvent aussi plus souvent à la maison. Prenez garde aux ballons volants. De même, les drones ne sont pas forcément recommandés à l’intérieur. Nous sommes, par ailleurs, nombreux à enfourcher notre vélo pour faire le vide. Attention : vous pourriez aussi causer des dégâts avec votre bicyclette.  

L’assurance familiale n’est pas obligatoire, mais elle est en fait indispensable. Un ballon qui traverse la fenêtre, un drone qui s’écrase... Un accident est vite arrivé. D’après une étude*, 20 % des Belges ne sont pas assurés pour les dommages qu’eux-mêmes ou un membre de leur famille pourraient causer à autrui. Inversez la tendance.

Vous cuisinez plus souvent vous-même

La crise sanitaire a également un impact considérable sur l’horeca. Ceux qui allaient souvent au restaurant avec des amis ou des relations d’affaires sont désormais obligés de cuisiner davantage. Sans compter ceux d’entre nous, qui sont plus à la maison et ont plus de temps, ravis de sortir leur livre de recettes et d’exercer leurs talents culinaires.

Le fait que nous passions plus de temps aux fourneaux augmente également le risque d’accident en cuisine : oubli d’éteindre le four, surchauffe de la friteuse... Encore une fois, vous avez tout intérêt à vérifier le montant de votre assurance incendie et ce qu’elle couvre. Une étude* démontre d’ailleurs que les Flamands ont plus souvent fait appel à leur assurance incendie que les Wallons et les Bruxellois.

Vous assurez vos proches

Ces derniers mois, de nombreuses personnes ont dû faire face au deuil, mais aussi au coût d’un enterrement. L’étude* montre que 65 % des Wallons et des Flamands ont judicieusement souscrit une assurance obsèques, contre 50 % des Bruxellois. Cette précaution permet à vos amis et votre famille d’économiser les frais d’obsèques. De quoi avoir toujours l’esprit tranquille.

*L’étude sur les assurances a été menée par l’agence Listen à l’échelle nationale auprès de plus de 1 000 répondants en octobre 2020.

Prêt à comparer votre assurance ?

Vous payez peut-être actuellement trop.

Vous avez des questions ou besoin d'aide ? Nous sommes heureux de vous aider