Vrouw die belt achter het stuur

Smartphone au volant : que risquez-vous ?

Kirsten Van Praet

Kirsten Van Praet |

3 min. temps de lecture |

Mobilité

Il n’est pas rare de voir une voiture dévier de sa bande sur l’autoroute. Vous la dépassez et constatez que son conducteur est en train de téléphoner. Peut-être le faites-vous régulièrement vous-même ? Téléphoner ou utiliser un smartphone au volant est-il vraiment si dangereux et quelle sanction risquez-vous si vous vous faites prendre ?

Téléphone au volant et sécurité routière

L’institut Vias, l’Institut Belge pour la Sécurité Routière, a mené une étude sur le téléphone au volant en Belgique. Il en ressort que les conducteurs d’utilitaires et de camions utilisent plus souvent leur téléphone portable que les autres automobilistes. L’utilisation du GSM est plus courante sur les autoroutes et les hommes sont légèrement plus nombreux que les femmes à transgresser cet interdit.

75 % des Belges sont agacés par les conducteurs qui utilisent leur GSM au volant, tandis que 14 % des Belges utilisent régulièrement le leur lorsqu’ils conduisent. On constate avec étonnement que les Flamands (86 %) sont davantage agacés par les automobilistes qui utilisent leur GSM au volant que les Wallons (61 %) et les Bruxellois (49 %).

D’après la plupart des études, 5 à 25 % des accidents de voiture sont dus à un moment de distraction. À cet égard, l’utilisation du GSM au volant triple le risque d’accident. On estime que 5 % des accidents de la route entraînant la mort sont provoqués par l’utilisation du GSM. Cela représente 30 morts et 2 500 blessés par an.

Que dit la loi ?

La loi stipule qu’il est interdit d’avoir un téléphone portable en main au volant. Vous pouvez toutefois l’utiliser à l’arrêt ou en stationnement. Être à l’arrêt signifie faire entrer ou sortir quelqu’un du véhicule, ou charger ou décharger de la marchandise. Patienter à un feu rouge, dans un carrefour ou dans un embouteillage n’est pas considéré comme être à l’arrêt.

Il est donc interdit de passer un appel, de répondre à un message ou de surfer sur Internet en tenant son smartphone. L’utilisation d’un support GSM pour passer des appels en mains libres est autorisée, même si elle est susceptible de vous distraire.

Que risquez-vous ?

L’utilisation d’un smartphone au volant est passible de sanction. Chaque année, les services de police dressent plus de 100 000 amendes pour ce motif, soit environ 300 par jour. Si vous la payez immédiatement, le montant est de 116 €.

Vous ne payez pas l’amende immédiatement et vous parvenez à un accord amiable ? Le montant passe à 160 €. Si l’affaire est portée devant le tribunal de police, vous risquez une amende pouvant grimper jusqu’à 2 000 € et une interdiction de conduire de 8 jours à 5 ans.

Êtes-vous bien assuré ?

Comparez votre assurance auto.

Vous avez des questions ou besoin d'aide ? Nous sommes heureux de vous aider