Vrouw die naast een grafkist staat

Quels choix devez-vous faire lorsque vous organisez des funérailles ?

Kirsten Van Praet

Kirsten Van Praet |

4 min. temps de lecture |

Funérailles

L’organisation d’obsèques implique de prendre de nombreuses décisions. Inhumation ou crémation ? Quel cercueil et quelle pierre tombale choisir ? Comment organiser la cérémonie ? Voici les options qui s’offrent à vous.

1. Les dernières volontés

La première question à se poser lors de l’organisation de funérailles est de savoir si le défunt a laissé une « déclaration de dernières volontés ». Il s’agit d’une déclaration où le défunt fait part de ses dernières volontés, par exemple sa préférence pour la crémation. Il peut avoir remis cette déclaration à la commune, à sa famille ou à sa compagnie d’assurances. Si le défunt n’a pas fait part de ses volontés, ce sont les proches qui procèdent aux choix relatifs à l’inhumation.

Lire aussi : 9 instances à prévenir en cas de décès d’un proche

2. L’inhumation : trois options

Si le choix s’est porté sur l’inhumation, trois options s’offrent à vous.

a. L’inhumation en terrain non concédé (terre commune)
Enterrer un proche en terre commune présente l’avantage de la gratuité. L’inconvénient : le terrain n’est octroyé que pour une durée souvent assez courte. Quelques années après la mise en terre (généralement 5 à 7 ans), la commune a le droit de réutiliser le terrain pour procéder à l’inhumation d’un autre défunt.

b. L’inhumation en terrain concédé (concession pleine terre)
Cette formule n’est pas gratuite, mais s’accompagne du droit de conserver la concession (= permis) pendant une durée propre à chaque commune (entre 10 et 20 ans, voire plus), à condition d’entretenir la tombe. D’autre part, le terrain concédé offre l’avantage de pouvoir accueillir un ou plusieurs membres d’une même famille. Cela permet, par exemple, à un couple d’être réuni dans la même tombe.

c. L’inhumation en caveau
Le caveau est la solution la plus coûteuse. Il s’agit d’une construction en béton qui peut contenir un ou plusieurs cercueils. Il est parfois fourni directement par l’entrepreneur des pompes funèbres. Dans la plupart des cas, on utilise les caveaux pour réunir les membres d’une même famille. C’est généralement l’acquéreur initial de la concession qui détermine à qui ce caveau est destiné. Le prix varie selon la taille du caveau et donc de la surface du terrain couverte par le monument funéraire. La durée de la concession varie, là encore, d’une commune à l’autre : dans tous les cas, la famille doit se charger d’entretenir la tombe, sous peine de perdre la concession.

3. La crémation

L’incinération (ou crémation) s’est beaucoup répandue ces dernières années. Le corps du défunt est brûlé dans son cercueil, après quoi les cendres sont placées dans une urne. L’incinération nécessite généralement un cercueil en bois léger. Le défunt doit porter des vêtements légers en matières naturelles et aucun objet ne peut être déposé dans le cercueil.

Vous avez trois options pour l’urne et son contenu dans l’enceinte du cimetière. Vous pouvez déposer l’urne dans une loge, disperser les cendres sur une parcelle de pelouse ou faire enterrer l’urne en terrain concédé ou en caveau.

Vous avez également trois options en dehors de l’enceinte du cimetière. Vous pouvez disperser les cendres en mer territoriale belge. Vous pouvez, pour ce faire, vous adresser à l’administration communale d’Ostende, mais l’entrepreneur des pompes funèbres peut également s’en charger. Vous avez aussi la possibilité de disperser les cendres sur un terrain privé, par exemple dans votre jardin. Enfin, vous pouvez conserver l’urne ailleurs qu’au cimetière, par exemple chez vous, sur la cheminée.

Urne met as van de overledene

4. Le choix du cercueil et de la pierre tombale

Il existe différents matériaux pour la confection des cercueils. Pour une inhumation en pleine terre ou une crémation, on utilise un cercueil en bois. L’inhumation en caveau nécessite quant à elle des matériaux hermétiques (polyester, métal ou bois et zinc, suivant la réglementation en vigueur au lieu d’inhumation).

La pierre tombale (ou le monument funéraire) est placée au-dessus de l’emplacement où est enterré le défunt. On y grave le nom du défunt ainsi que ses dates de naissance et de mort. Il existe divers types de pierre tombale.

5. Le choix du cimetière

Les inhumations ont généralement lieu dans la commune où était domicilié le défunt. Vous pouvez toutefois choisir un cimetière situé dans une autre commune, par exemple si le reste de la famille y est enterré ou si le défunt y a vécu une partie de sa vie. L’accord de la commune du lieu d’inhumation sera cependant nécessaire ainsi que, dans certains cas, le paiement d’une surtaxe.

6. Faire-part de décès et/ou annonce nécrologique

Vous avez deux options pour informer la famille, les amis et les connaissances du décès : un faire-part de décès ou une annonce nécrologique (avis de décès dans un ou plusieurs journaux). Cette dernière option est également disponible en ligne. Vous pouvez également faire les deux pour être certain de n’oublier personne, mais cela vous coûtera bien sûr plus cher.

Avant d’envoyer les faire-part de décès, dressez une liste des connaissances du défunt afin de n’oublier personne. Si nécessaire, demandez l’aide de votre entourage.

Votre entrepreneur des pompes funèbres vous guidera dans la rédaction de l’annonce nécrologique et/ou des faire-part. Il dispose de différents modèles que vous pourrez personnaliser. Il peut aussi prendre contact avec les journaux pour y publier les annonces nécrologiques.

7. La cérémonie

L’entrepreneur des pompes funèbres vous aide à préparer la cérémonie, quelles que soient vos croyances. Il peut éventuellement contacter les responsables du culte et fixer un jour et une heure en concertation avec l’administration communale. Vous pouvez bien sûr organiser une cérémonie laïque. Celle-ci se déroule généralement dans une salle du funérarium prévue à cet effet. Elle peut aussi avoir lieu au crématorium, s’il s’agit d’une incinération. Paroles, lecture de textes, musique : les proches peuvent participer à la cérémonie de différentes manières.

Après la cérémonie, vous pouvez organiser une réception chez vous ou ailleurs, par exemple à la maison paroissiale, dans une salle du funérarium ou dans un restaurant proche de l’église. Là encore, l’entrepreneur des pompes funèbres peut vous donner un coup de main.

Vrouw die de uitvaart voorbereidt

8. Les mémentos

Vous pouvez envoyer des mémentos, ou « souvenirs », après les funérailles en remerciement aux personnes qui vous ont exprimé leur soutien. Le mémento comporte le nom du défunt, ses dates de naissance et de décès ainsi qu’une photo ou illustration. Là encore, l’entrepreneur des pompes funèbres peut vous proposer différents modèles.

Plus d’infos sur une assurance funérailles ?

Découvrez pourquoi vous avez intérêt à en souscrire une

Vous avez des questions ou besoin d'aide ? Nous sommes heureux de vous aider